Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mes chansons

Et si... / Y si..., Elizabeth Robin (Ombres et lumières, 2019)

Publié le par Elizabeth Robin

Et si... , poème extrait du recueil Ombres et Lumières (2019), © Elizabeth Robin, 1er prix au concours "Joutes poétiques de la francophonie" organisé par Les Rosati, prix Henri Caudron décernant la poésie libérée. 

Y si... , un poema de la recopilación Sombras y luces, 1er premio en el concurso "Joutes poétiques de la francophonie" organizado por Les Rosati, el premio Henri Caudron premiando la poesía moderna, libre. 

Et si…

 

Sous les bateaux désespérés

Glisse la peur,

Glisse la mort.

 

Ils sont partis

L’âme brisée

Fuyant les côtes de détresse.

 

Tombe la nuit,

Monte la peur

Á chaque vague cognant la coque.

 

Les enfants pleurent larmes au vent

Et le vent hurle de colère

Soufflant leurs voix jusqu’aux frontières !

 

La lune fond,

Le soleil sombre,

Noire est leur peine,

Le port est loin

Pour les bateaux abandonnés !

 

Jour après jour,

Le monde est sourd ?

Mais où sont donc les belles rives

Vertes d’espoir pour qu’on y vive ?

 

Et le vent peine

Á perdre haleine,

Gonfle les voiles de colère

Sifflant leurs voix jusqu’aux frontières !

 

Alors soudain…

S’ouvrent des mains

Comme des ailes d’albatros,

S’ouvrent des cœurs,

Quelques colombes du bonheur.

 Un peu d’amour

Au point du jour.

 

Alors enfin…

Coule la mort,

Coule la peur.

 

 

Y si…

 

Bajo los barcos desesperados

Se desliza el miedo

Se desliza la muerte.

 

Han partido

El alma herida

Rehuyendo las costas de socorro.

 

Cae la noche,

Sube el miedo

A cada ola golpeando el casco.

 

Los niños lloran lágrimas al viento

¡Y el viento grita de ira

Soplando sus voces hasta las fronteras!

 

La luna se esfuma,

El sol oscurece,

Negra es su pena,

¡El puerto está lejos

Para los barcos abandonados!

 

¿Día tras día

El mundo está sordo?

¿Pero dónde están las hermosas orillas

Verdes de esperanza para vivir?

 

Y el viento lucha

Hasta perder el aliento,

¡Hincha las velas con ira

Silbando sus voces hasta las fronteras!

 

Entonces de repente…

Se abren manos

Como alas de albatros,

Se abren corazones,

Unas palomas de felicidad.

Un poco de amor

Al final del día.

 

Entonces finalmente…

Se hunde la muerte,

Se hunde el miedo

Voir les commentaires

Ellipse espagnole, Elizabeth Robin, Ombres et lumières

Publié le par Elizabeth Robin

Ellipse espagnole / Elipse española

Hommage à Federico García Lorca qui "chantait" l'Andalousie.

Né le 5 juin 1898 à Fuente Vaqueros, Espagne et tué le 19 août 1936 à Viznar, Espagne

Voir les commentaires

Los amantes de la duna, Elizabeth Robin, Vientos dominantes, 2014

Publié le par Elizabeth Robin

Voir les commentaires

Les amants de la dune, Elizabeth Robin, Vents dominants 2014

Publié le par Elizabeth Robin

Poème : © Elizabeth Robin / Composition guitare : © Juan José Bujidos / Photos : © Juan José Bujidos et Elizabeth Robin

Voir les commentaires

La fin d'un été / Se acabó el verano, Elizabeth Robin, Tourbillon, 2015

Publié le par Elizabeth Robin

Poème : © Elizabeth Robin / Composition guitare : © Juan José Bujidos / Photo et "coquelicot au vent" : © Juan José Bujidos

Voir les commentaires

Au coeur du coeur / En el corazón del corazón, ElizabethRobin (Tourbillon, 2015)

Publié le par Elizabeth Robin

youtube: Poésie et Musique, Poésie et Photos. Poesía y música, poesía y fotos.

youtube: Poésie et Musique, Poésie et Photos. Poesía y música, poesía y fotos.

Un poème extrait de "Tourbillon" et sa version espagnole.

Photos: Juan Jose Bujidos.

Guitare: Juan Jose Bujidos

Voir les commentaires

Sur le cerf-volant, Elizabeth Robin (Ombres et lumières, 2019)

Publié le par Elizabeth Robin

photo: © Olimpia Madrera Roman

photo: © Olimpia Madrera Roman

Sur le cerf-volant

 

«[…] Et sur le cerf-volant

Qui s’agite en dansant,

Flottera ma chanson,

Regarde à l’horizon ! »...

 

Cours, saute, vole ou danse,

Ce n’est pas une chance,

C’est ton droit d’exister !

Ris avec insolence,

Fuis les murs du silence

Dont on veut t’affubler !

 

Si chaque fille au monde

Fait entrer dans sa ronde

Son élu fiancé,

Qu’elle devienne femme

Á l’ardeur d’une flamme,

C’est son droit d’en rêver !

 

Danse, vole, on te chante,

Que ce rêve te hante,

Vienne te parfumer,

Qu’au chant de l’alouette,

Au ciel les pirouettes,

Tu voies ta Liberté !

poème © Elizabeth Robin, Ombres et lumières, 2019

Corre, salta, vuela o baila…

No es una suerte,

¡ Es tu derecho de existir !

Ríe con insolencia,

Huye de las paredes del silencio

¡ De que quieren ataviarte !

 

Si cada niña en el mundo

Haga entrar en su corro

El novio que ella elige,

Que vuelva mujer

Con la pasión del amor,

¡No debe ser sólo un sueño!

 

¡Baila, vuela! cantamos para tí,

¡Que este sueño te ronde,

Te perfume,

Y que al canto de la alondra

Y piruetas hacia el cielo,

Veas tu Libertad!

Voir les commentaires

Refrain pour l'enfant, Elizabeth Robin, Ombres et lumières, 2019

Publié le par Elizabeth Robin

photo: © Juan Jose Bujidos / Elizabeth Robin

photo: © Juan Jose Bujidos / Elizabeth Robin

Refrain pour l'enfant a reçu le premier prix de poésie libre au concours Europoésie 2020 au bénéfice de l'Unicef. 

À l'écoute de la très jolie mélodie composée à la guitare par Juan Jose Bujidos pour une naissance, j'ai eu envie d'écrire ces paroles... pour souhaiter la bienvenue dans ce monde à tous les enfants !

Composition guitare : © Juan Jose Bujidos

Voir les commentaires

Comme le vent, Elizabeth Robin, À l'étoile de nos pas, 2021

Publié le par Elizabeth Robin

Paroles : © Elizabeth Robin / musique et guitare : © Juan José Bujidos / photos : © Elizabeth Robin et Juan José Bujidos

Voir les commentaires

Sous les chants de la Bonne Année, Elizabeth Robin (Tourbillon, 2015)

Publié le par Elizabeth Robin

Photo: © Juan Jose Bujidos

Photo: © Juan Jose Bujidos

Poème extrait de Tourbillon, © Elizabeth Robin

 

 Bonhomme s'éclate !

 

Quand nouvel an tintinnabule

Petit bonhomme déambule,

S'éclate avec les noctambules

Pour s'arroser des fines bulles.

 

La fête le rendait très beau,

Petit bonhomm' chantait si haut

Qu'il fit envoler son chapeau

Pour gaiement saluer l'an nouveau.

 

Même un bonhomme bien glacé,

De fêtards peut s'accompagner,

Le cœur fondant bien réchauffé

Sous les chants de la « Bonne Année ! »  

 

¡ Muñequito se lo pasa en grande !

 

 Cuando el año nuevo tintinea

Muñequito deambula,

Se lo pasa en grande con los noctámbulos

Para rociarse con finas burbujas.

 

En la fiesta tenía el guapo subido,

Muñequito cantaba tan alto

Que hizo volar su sombrero

Para celebrar el año nuevo.

 

Hasta un muñequito helado,

En medio de juerguistas,

Su corazón se derrite, calentado

Por los cantos del "feliz año nuevo".

   

Voir les commentaires

1 2 3 > >>