Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LIberté, Paul Éluard

Publié le par Elizabeth Robin

...Liberté. (photos © Juan Jose Bujidos, © Elizabeth Robin)...Liberté. (photos © Juan Jose Bujidos, © Elizabeth Robin)
...Liberté. (photos © Juan Jose Bujidos, © Elizabeth Robin)...Liberté. (photos © Juan Jose Bujidos, © Elizabeth Robin)

...Liberté. (photos © Juan Jose Bujidos, © Elizabeth Robin)

Pour clore le Printemps des poètes 2016 à la Médiathèque de Verneuil-sur-Seine, certains élèves que j'ai eus pendant les TAP ont pu présenter un petit spectacle.

Pour le "final", leur choix s'est porté à l'unanimité sur ce poème de Paul Éluard, LIBERTÉ.

Ils l'ont lu sur un fond musical et je peux vous assurer qu'ils l'ont aimé ce poème ! (Elizabeth Robin):

Sur mes cahiers d’écolier

Sur mon pupitre et les arbres

Sur le sable sur la neige

J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues

Sur toutes les pages blanches

Pierre sang papier ou cendre

J’écris ton nom

Sur les images dorées

Sur les armes des guerriers

Sur la couronne des rois

J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert

Sur les nids sur les genêts

Sur l’écho de mon enfance

J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits

Sur le pain blanc des journées

Sur les saisons fiancées

J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur

Sur l’étang soleil moisi

Sur le lac lune vivante

J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon

Sur les ailes des oiseaux

Et sur le moulin des ombres

J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d'aurore

Sur la mer sur les bateaux

Sur la montagne démente

J'écris ton nom

Sur la mousse des nuages

Sur les sueurs de l’orage

Sur la pluie épaisse et fade

J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes

Sur les cloches des couleurs

Sur la vérité physique

J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés

Sur les routes déployées

Sur les places qui débordent

J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume

Sur la lampe qui s’éteint

Sur mes maisons réunies

J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux

Du miroir et de ma chambre

Sur mon lit coquille vide

J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre

Sur ses oreilles dressées

Sur sa patte maladroite

J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte

Sur les objets familiers

Sur le flot du feu béni

J’écris ton nom

Sur toute chair accordée

Sur le front de mes amis

Sur chaque main qui se tend

J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises

Sur les lèvres attentives

Bien au-dessus du silence

J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits

Sur mes phares écroulés

Sur les murs de mon ennui

J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir

Sur la solitude nue

Sur les marches de la mort

J’écris ton nom

Sur la santé revenue

Sur le risque disparu

Sur l’espoir sans souvenir

J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot

Je recommence ma vie

Je suis né pour te connaître

Pour te nommer

Liberté

Voir les commentaires

Jean-François Favre-Marinet

Publié le par Elizabeth Robin

Livres de Jean-François..., photo : Elizabeth Robin

Jean-François Favre-Marinet, un auteur talentueux et prometteur !

Après deux recueils de poésie, Un an de sentiments et Perdu entre bonheur et malheur, il écrit avec habileté contes et nouvelles fantastiques dans L'Autre Monde sous son nom de plume Yoarashi.

Voici le lien vers son blog et sa page Facebook:

http://yoarashi.over-blog.com/

https://www.facebook.com/Yoarashi-1698145090433156/

L'AUTRE MONDE

L'AUTRE MONDE

L'AUTRE MONDE a fortement retenu mon attention, et j'ai été particulièrement séduite par ce conte fantastique et sans aucun doute poétique "Le repos de Lénida".

Un conte...un peu comme ces contes orientaux, où en délicatesse, avec fraicheur et tendresse, la vie et la mort sont nos compagnons de route.

Alors, un voyage vers "l'autre monde" ? (Elizabeth Robin)

Un aperçu poétique du conte:

La rivière d'encre

" J'ai oublié mon étoile bergère

Sous les nuits aveugles de mes yeux.

J'ai oublié mon étoile bergère

Et laissé le temps en souffler les feux.

Elle s'est noyée dans un sombre océan,

Un abysse inconnu où je m'égare

Car dans les pupilles du firmament

J'ai l'intense désir de la revoir.

Ce n'est peut-être qu'un point qui vacille,

Une faible étoile dans sa dérive,

Prisonnière d'une épaisse bastille,

Imprenable distance entre nos rives.

J'ai oublié mon étoile bergère

Entre les prières de mes mains pâles.

J'ai oublié mon étoile bergère

Et laissé le temps y tisser sa toile.

Dans son éclat serait-elle déjà morte ?

Beauté fragile d'un temps révolu,

Souriante lumière.

Voir les commentaires

GHISLAINE BIZOT

Publié le par Elizabeth Robin

Quelques uns des livres de Ghislaine Bizot

Ghislaine Bizot fait courir son écriture pour la jeunesse, théâtre, histoires, chansons, mais aussi pour les adultes.

Ses romans, Mal dans la peau, Dix, Le jeu du foulard..., autant de scènes de vie relatés avec force, avec une grande sensibilité et avec cette lucidité éclairant le lecteur sur ce quotidien qui peut être celui de tous. L'analyse est là, réussie !

Le style de Ghislaine est limpide et agréable à lire. (Elizabeth Robin)

Voici les liens de son blog et pages Facebook :

http://www.ghislainebizot.com/

https://www.facebook.com/MalDansLaPeau/

https://www.facebook.com/ghislaine.bizot

Je compte jusqu'à 10, puis...! Découvrez ce roman DIX ! (photo: Elizabeth Robin)

Je compte jusqu'à 10, puis...! Découvrez ce roman DIX ! (photo: Elizabeth Robin)

Dix est ce roman qui ne vous lâche pas ! Une histoire comme beaucoup la vivent, qui peut de ce fait sembler banale, mais au delà qu'en est-il ? L'être humain est doté d'une mémoire extraordinaire dès sa naissance !

Dix, un roman où le désarroi, les émotions tiennent la première place !

Voir les commentaires

Journée internationale de la photo

Publié le par Elizabeth Robin

Si même leur ombre photographie!.... :) ©JuanJose Bujidos

Pour la journée de la photo, poème extrait de Vents dominants (© Elizabeth Robin)

Photos : © Juan Jose Bujidos

Villanelle du photographe

Caméra en seul bagage,

Son œil sûr est sans défaut,

Il ira saisir l'image.

Quelque soit le paysage,

L'artiste prendra le beau,

Caméra en seul bagage.

Un visage ou un nuage,

Le rai de lumière en haut,

Il ira saisir l'image.

Photographe, ton sillage,

Sont mémoires tes photos,

Caméra en seul bagage,

Tu iras saisir l'image.

 

Traduction , Elizabeth Robin et Mathilde Robin :

Villanesca del fotógrafo

Con cámara, su único equipaje,

Su ojo fino está sin defecto,

Irá captar la imagen.

Cual que sea el paisaje,

El artista sacará el Bello,

Con cámara, su único equipaje.

Un rostro o un nube,

El rayo de luz en lo alto,

Irá captar la imagen.

Fotógrafo, tu huella,

Son memorias tus fotos,

Con cámara, tu único equipaje,

Irás captar la imagen.

photo ©Juan Jose Bujidos

photo ©Juan Jose Bujidos

Voir les commentaires